| 
  • If you are citizen of an European Union member nation, you may not use this service unless you are at least 16 years old.

  • You already know Dokkio is an AI-powered assistant to organize & manage your digital files & messages. Very soon, Dokkio will support Outlook as well as One Drive. Check it out today!

View
 

Piaget, Jean (2)

Page history last edited by Olivier G. 15 years ago

Biographie


 

     Jean Piaget né le 9 août à Neuchâtel, Il entre au Collège latin de Neuchâtel en 1907, au Gymnase en 1912, et enfin à l'Université de la même ville en 1915 où il obtient en 1918 son doctorat en sciences naturelles avec une thèse sur la taxinomie des mollusques du canton du Valais.

 

     Jean Piaget s'installe en 1921 à Genève, ville où se déroulera la plus grande partie de sa carrière universitaire, et où il épouse en 1923 Valentine Châtenay. De ce mariage naîtront trois enfants, Jacqueline, en 1925, Lucienne, en 1927, et Laurent en 1931, qui seront les personnages centraux de trois des plus importants ouvrages de la psychologie scientifique du 20 e siècle (La naissance de l’intelligence, 1936, La construction du réel, 1937, et La formation du symbole chez l’enfant,  1945). Cette année 1921, après un séjour de plusieurs mois à Paris où il rédige des premiers articles de psychologie scientifique et complète sa formation en philosophie des sciences, en logique et en psychologie, il est nommé chef de travaux à l'Institut Jean-Jacques Rousseau et privat-dozent à la Faculté des sciences de Genève (pour un cours de psychologie de l'enfant).

 

  

     À 22 ans, il obtient un Doctorat en Sciences Naturelles au cours duquel il publie deux livres philosophiques qu'il qualifiera plus tard d'écrits d'adolescence, mais qui seront déterminants pour l'évolution de sa pensée. Après un semestre passé à Zurich, où il s'initie à la psychanalyse, il part travailler à Paris au laboratoire d'Alfred Binet. Pendant une année, il étudie les problèmes du développement de l'intelligence. Professeur de psychologie et de sociologie durant trente ans, il a été le seul professeur suisse à être invité à enseigner à la Sorbonne, de 1952 à 1963. Il fondera le Centre International d'Epistémologie qu'il dirigera jusqu'à sa mort. Ses travaux de psychologie génétique et d'épistémologie visent à répondre à la question de la construction des connaissances.

 

     Jean Piaget, après la création en 1955 du Centre International pour l'Épistémologie Génétique à Genève, utilise le premier l'expression « épistémologies constructivistes » (au pluriel) en 1967 dans Logique et Connaissance scientifique, un texte majeur pour l'épistémologie. Jean Piaget est « la figure de proue du constructivisme et de la rupture avec les idées conventionnelles sur l’acquisition des connaissances ». Pour Piaget, « on ne connaît un objet qu’en agissant sur lui et en le transformant ».

 

 

 

La production intellectuelle


 

     Ayant acquis très tôt le goût de l'écrit, Piaget rédigera entre 1907, date du premier écrit, et 1980, date de son décès, un nombre impressionnant d'articles, livres, chapitres d’ouvrages collectifs, préfaces et autres textes de conférence. Le recensement le plus récent, qui date de 1989, chiffre à plus de sept cents (mille trois cent vingt deux si l'on inclut les traductions) le nombre de publications originales (dont plus de quatre-vingts livres rédigés, édités ou coédites par Piaget). A l'égal d'un Darwin, Piaget avait en outre l'habitude de noter les idées qui lui venaient à l'esprit sur de petits carnets. Il n'est ainsi probablement pas trop faux d'estimer entre soixante dix mille et cent mille le nombre de pages manuscrites rédigées de sa main (il s’était donné pour règle – qu’il a suivie ! – d’écrire en moyenne 4 pages par jour ; multiplier par le nombre de jours et le nombre d’années, on arrive à une estimation du même ordre).

 

     Basée sur une méthode systématique d’observation, de recueil et de classification de données biologiques, psychologiques et intellectuelles, sur une méthode d’intervention et d’entretien clinique avec les enfants spécialement créée pour mettre en lumière les caractéristiques de leur intelligence, enfin sur un usage approprié d’instruments de modélisation logico-mathématiques des structures de la pensée humaine, l’œuvre de Piaget a révolutionné et profondément enrichi notre connaissance de l’origine et de la genèse des formes, des catégories et des normes de la raison, ainsi que des soubassements des sciences physiques et logico-mathématiques. L’histoire future dira si sa contribution à l’essor de la connaissance de l’esprit humain est à l’échelle de celle d’un Aristote ou d’un Kant, deux auteurs dont il est proche par bien des traits.

 

 

     Jean Piaget développe une théorie constructiviste sur la genèse de la construction de l’intelligence dans la première moitié du 20ème siècle. Il décrit quatre stades de l’intelligence :

 

 

  • sensori-motrice (0-2/3 ans). En se basant sur des réflexes simples et des habitudes acquises, le bébé construit des conduites de plus en plus structurées et complexes. Il acquiert la permanence de l’objet et la construction de l’espace proche.

     

  • préopératoire (2/3 –7/8 ans). La pensée de l'enfant se constitue en tant qu'intelligence représentative. Cette période est caractérisée par l'avènement des notions de quantité, d'espace, de temps, de la fonction symbolique, du langage, etc.

     

  • opératoire concrète (7/8 –11/12 ans). Le jeune acquiert les notions de causalité et comprend les invariants du réel. Il peut coordonner des opérations dans le sens de la réversibilité, et accède à une logique nécessitant un support concret.

     

  • opératoire formelle (11/12 –15/16 ans). L’adolescent apprend à maîtriser les notions de nombre, de volume, de poids, les structures logiques (classification et sériation). La pensée permet l’établissement de relations entre la réalité et la possibilité : elle procède de façon hypothético-déductive.

 

 

 

 

Position constructiviste


 

 

     Les connaissances scientifiques (observations et modèles) sont des constructions subjectives qui ne nous apprennent rien de la réalité.  

Pratique enseignante associée : Insistance sur le caractère arbitraire ou subjectif des modèles scientifiques, en encourageant l'élève à construire lui-même ses connaissances.

 

 

     La grande nouveauté introduite par J. Piaget dans le champ de la psychologie est que les connaissances ne s'acquièrent pas par un processus cumulatif. L'individu les construit par ses propres actions : le développement de l'intelligence est le fruit d'un processus d'adaptation, dans lequel interagissent l'inné (les structures mentales) et l'acquis (la prise en compte du monde extérieur). J. Piaget invente ainsi un nouveau cadre théorique de référence pour la psychologie : le constructivisme.

 

     Jean Piaget est célèbre pour ses travaux novateurs sur le développement de l'intelligence chez les enfants. Il se consacra essentiellement à la psychologie du développement (appelée aussi « psychologie génétique »), à la psychologie de l'enfant et à la théorie de la connaissance. Ses études ont eu un impact majeur dans les domaines de la psychologie des enfants et de l'éducation.

 

«Tout ce qu'on apprend à l'enfant, on l'empêche de l'inventer ou de le découvrir.»

[Jean Piaget] - Extrait d’une Conversations avec J.C.I. Bringuier

 

«L'intelligence est notre dernier recours quand nous ne savons pas comment faire face à une situation.»

[Jean Piaget]

 

 

 

Bibliographie de Jean Piaget


 

 

 

1967. Biologie et connaissance: essai sur les relations entre les régulations organiques et les processus cognitifs

Paris: Gallimard. (Réimpr.: 1969, 1970, 1973; Neuchâtel, Paris: Delachaux et Niestlé, 1992.)

1927. La causalité physique chez l'enfant

Paris: F. Alcan.

1942. Classes, relations et nombres: essai sur les groupements de la logistique et sur la réversibilité de la pensée

Paris: J. Vrin, 1942.

1976. Le comportement, moteur de l'évolution

Paris: Gallimard.

1937. La construction du réel chez l'enfant

Neuchâtel; Paris: Delachaux et Niestlé. (Autres éd. au contenu identique et publ. chez le même éditeur: 2e éd. 1950, 3e éd. 1963, 4e éd. 1967, 5e éd. 1973, 6e éd. 1977, 1991.)

1977 (avec J.C. Bringuier). Conversations libres avec Jean Piaget

Paris: R. Laffont.

1946 (et collab.). Le développement de la notion de temps chez l'enfant

Paris: Presses univ. de France, 1946. (2e éd. 1973, 3e éd. 1981.)

1962 (avec B. Inhelder). Le développement des quantités physiques chez l'enfant: conservation et atomisme (2e éd. augmentée)

Neuchâtel; Paris: Delachaux et Niestlé, 1962. (3e éd. 1968, 4e éd. 1978.)

1941 (avec B. Inhelder). Le développement des quantités chez l'enfant: conservation et atomisme

Neuchâtel; Paris: Delachaux et Niestlé. (2e éd. augmentée et suivantes: voir sous 1962 et sous le même titre Le développement des quantités physiques chez l'enfant: conservation et atomisme.)

1972. Où va l'éducation

Paris: Denoël Gonthier.

1970. L'épistémologie génétique

Paris: Presses universitaires de France. (2e éd. 1972, 3e éd. 1979, 4e éd. 1988.

1972. Épistémologie des sciences de l'homme

Paris: Gallimard. (Reprod. de l'intr. et des chap. 3 et 7 d'une étude publ. par l'Unesco sous le titre "Tendances principales de la recherche dans les sciences sociales et humaines, partie 1: sciences sociales", 1970; avec l'adjonction d'une préf., pp. 7-12. Réimpr. 1977, 1980, 1981.)

1975. L'équilibration des structures cognitives : problème central du développement

Paris: Presses univ. de France. (EEG 33)

1952. Essai sur les transformations des opérations logiques: les 256 opérations ternaires de la logique bivalente des propositions

Paris: Presses Univ. de France.

1972. Essai de logique opératoire

2e éd. / révisée par Jean-Blaise Grize; avec une intr. de l'auteur à la 2e éd. Paris: Dunod, 1972. (La 1ère éd. fut publ. en 1949, voir sous le titre: Traité de logique: essai de logistique opératoire.)

1965. Études sociologiques

Genève: Droz, 1965. (contient: L'explication en sociologie, extrait de Introduction à l'épistémologie génétique / J. Piaget, t. III, 1950; Essai sur la théorie des valeurs qualitatives en sociologie statique, 1941; Les opérations logiques et la vie sociale, 1945; Les relations entre la morale et le droit, 1944. 2e éd. 1967)

1977. Études sociologiques

3e éd. [augmentée], Genève: Droz, 1977. (La 3e éd. est augmentée des textes suivants: Logique génétique et sociologie, 1928. L'individualité en histoire, l'individu et la formation de la raison, 1933. Le développement, chez l'enfant, de l'idée de patrie et des relations avec l'étranger, 1951. Pensée égocentrique et pensée sociocentrique, 1951. Problèmes de la psycho-sociologie de l'enfance, 1963.)

1945. La formation du symbole chez l'enfant: imitation, jeu et rêve, image et représentation

Neuchâtel; Paris: Delachaux et Niestlé. (2e éd. 1959, 3e éd. 1964, 4e éd. 1968, 5e éd. 1970, 6e éd. 1976, 7e éd. 1976. 8e éd. 1994.)

1980 (et colllab.). Les formes élémentaires de la dialectique

Paris: Gallimard.

1941 (avec A. Szeminska). La genèse du nombre chez l'enfant

Neuchâtel, Paris: Delachaux et Niestlé. (2e éd. 1950, 3e éd. 1964, 4e éd. 1967, 1972, 6e éd. 1980, 7e éd. 1991)

1951 (avec B. Inhelder. La genèse de l'idée de hasard chez l'enfant

Paris: Presses Univ. de France. (2e éd. 1974).

1959 (avec B. Inhelder). La genèse des structures logiques élémentaires: classifications et sériations

Neuchâtel: Delachaux et Niestlé, 1959. (2e éd. 1967, 1972, 4e éd. 1980, 5e éd. 1991)

1970.Genetic epistemology

/ [transl. by Eleanor Duckworth]

New York; London: Columbia Univ. Press. (Autres éd. au contenu identique: Paperback-edition publ. by W. W. Norton, New York, 1981 and simultaneously by G. J. McLeod, Toronto, 1981.)

1948 (avec B. Inhelder et A. Szeminska).La géométrie spontanée de l'enfant

Paris: Presses univ. de France. (2e éd. 1973.)

 

Comments (0)

You don't have permission to comment on this page.