| 
  • If you are citizen of an European Union member nation, you may not use this service unless you are at least 16 years old.

  • Buried in cloud files? We can help with Spring cleaning!

    Whether you use Dropbox, Drive, G-Suite, OneDrive, Gmail, Slack, Notion, or all of the above, Dokkio will organize your files for you. Try Dokkio (from the makers of PBworks) for free today.

  • Dokkio (from the makers of PBworks) was #2 on Product Hunt! Check out what people are saying by clicking here.

View
 

Edgar Morin- Interdisciplinarité et Transdisciplinarité

Page history last edited by Olivier G. 13 years, 2 months ago

 

INTERDISCIPLINARITÉ ET TRANSDISCIPLINARITÉ (EDGAR MORIN) – 3E ARTICLE

Origine et définition des concepts 

C’est au milieu du XXe siècle qu’ont émergé la pluridisciplinarité et l’interdisciplinarité, face à un besoin indispensable de liens entre les différentes disciplines, selon Basarab Nicolescu. (Page web de l’article sur Basarab Nicolescu dans l’encyclopédie libre Wikipédia).  Les définitions suivantes sont issues de son livre La transdisciplinarité – Manifeste, dont les idées principales se retrouvent sur le site internet du CIRET (voir les références à la fin de l’article).

La pluridisciplinarité concerne l'étude d'un objet d'une seule et même discipline par plusieurs disciplines

à la fois.

L’interdisciplinarité amène la notion de transfert des méthodes d'une discipline à l'autre. Il existe 3 degrés d'interdisciplinarité : celui de l'application (méthodes de la physique nucléaire transférées à la médecine, par exemple), le degré épistémologique (comme le transfert de la logique formelle dans l'épistémologie du droit) et le degré de création de nouvelles disciplines (le transfert des méthodes de la mathématique dans le domaine de la physique qui a engendré la physique mathématique, de la physique des particules à l'astrophysique...)  « Comme la pluridisciplinarité, l'interdisciplinarité déborde les disciplines mais sa finalité reste aussi inscrite dans la recherche disciplinaire » (article d’Edgar Morin La reliance disciplinaire : articuler les savoirs »). L'interdisciplinarité serait aussi le principe fondateur des Sciences cognitives (page web de l’article sur l’Interdisciplinarité de l’encyclopédie libre Wikipedia).

La transdisciplinarité, elle, « est une posture scientifique et intellectuelle. Elle a pour objectif la compréhension de la complexité du monde moderne et du présent. Le mot transdisciplinarité a été inventé par Jean Piaget en 1970 » (page web de l’article sur la transdisciplinarité, site de l’encyclopédie libre Wikipedia) et Nicolescu prétend que 3 postulats méthodologiques la définissent : 1. L'existence de niveaux de Réalité et de perception, 2. La logique du tiers inclus et 3. La complexité.  « La transdisciplinarité désigne un savoir qui parcourt diverses sciences sans se soucier des frontières. »  (Page web de l’article sur la transdisciplinarité, site de l’encyclopédie libre Wikipedia)

 

Vision de l’auteur et usage qu’il en fait

Pour Edgar Morin, « le développement d’une démocratie cognitive n’est possible que dans une réorganisation du savoir, laquelle appelle une réforme de pensée qui permettrait, non seulement de séparer pour connaître, mais aussi de relier ce qui est séparé. » (Article d’Edgar Morin « De la réforme de l’université » CIRET).  L’interdisciplinarité est ainsi une forme de reliance (voir article sur la Reliance), qui favorise le partage des connaissances pour permettre à l’humain de mieux comprendre la complexité de son univers (intérieur, extérieur et ce qui les relie).

L’article 4 de la charte du projet moral du CIRET (Centre International de Recherches et Études Transdisciplinaires) explique bien cette vision : « sa finalité – celle de la transdisciplinarité - n'est pas l'unification de toutes les branches de la connaissance, but qui serait absurde et illusoire. Plus modestement, la transdisciplinarité essayera de mieux nous rapprocher du réel, par l'étude conjointe de la nature et de l'imaginaire, de l'univers et de l'homme pour nous permettre de mieux faire face aux différents défis de notre époque. » Pour Nicolescu, comme pour Edgar Morin, la fragmentation des connaissances est une cause directe du décalage qui existe entre, d’une part « la nouvelle vision du monde qui émerge de l'étude des systèmes naturels » et d’autre part « les valeurs qui prédominent encore en philosophie, dans les sciences de l'homme et dans la vie de la société moderne, valeurs fondées dans une large mesure sur le déterminisme mécaniste, le positivisme ou le nihilisme. » (Article 1 de la charte du projet moral du CIRET)

Contrairement à l’esprit hyper disciplinaire (ou de sur spécialisation), « un esprit de propriétaire qui interdit toute incursion étrangère dans sa parcelle de savoir », Edgard Morin conçoit l’interdisciplinarité comme « un discours multidimensionnel non totalitaire, théorique mais non doctrinal » (Morin 1990, page 67, présenté sur la page web de l’article sur l’Interdisciplinarité, site de l’encyclopédie libre Wikipedia). Les caractéristiques fondamentales de « l’attitude et de la vision transdisciplinaires seraient donc la rigueur, l’ouverture et la tolérance.  La rigueur dans l'argumentation qui prend en compte toutes les données est le

garde-fou à l'égard des dérives possibles. L'ouverture comporte l'acceptation de l'inconnu, de l'inattendu et de l'imprévisible. La tolérance est la reconnaissance du droit aux idées et vérités contraires aux nôtres » (article 14 de la charte du projet moral du CIRET).

De par ses multiples sources  d’inspiration (voir l’article sur la Pensée Complexe) et son travail constant de reliance dans ses travaux, Edgar Morin incarne complètement les concepts d’inter et trans disciplinarité et dépasse largement la simple explication théorique.

 

Filiation, généalogie et inspirations

Edgar Morin a été inspiré par des travaux de science dite pure, de sciences humaines et sociales et de philosophie (biologie, cybernétique, écologie, science cognitive du langage, sociologie, anthropologie, psychologie sociale, systémique, sciences de l’éducation, épistémologies constructivistes, etc.)

Blaise Pascal, mathématicien, physicien et philosophe français du XVIIe siècle, fait partie des pères de pensée d’Edgar Morin, tout comme Gaston Bachelard, épistémologue et philosophe français des sciences et de l’imagination du début du XXe siècle, ainsi que Paul Valéry, philosophe et épistémologue français reconnu comme un penseur éminent du constructivisme.

Ses frères et cousins, relativement aux concepts d’inter et de trans disciplinarité, sont Pierre Frédéric Gonod, retraité de l’ONU et du Commissariat général du PLAN, connu comme « prospectiviste » (www.pierre-gonod.eu/pfg.php), René Berger, du Groupe de Réflexion sur la Transdisciplinarité auprès de l’UNESCO et Basarab Nicolescu, physicien théoricien au Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Ce dernier est président fondateur du Centre International de Recherches et Études Transdisciplinaires (CIRET), une association qui regroupe 163 chercheurs de 26 pays et dont Edgar Morin est l’un des membres fondateurs, siégeant sur le conseil d’administration (page web sur Basarab Nicolescu de l’encyclopédie libre Wikipedia).  

 

Impacts, popularité du concept et apport au constructivisme

La fondation du CIRET en 1987, démontre bien la vitalité du concept au niveau international. Le but de « l’association est de développer l'activité de recherche dans une nouvelle approche scientifique et culturelle - la transdisciplinarité – (…), et de créer un lieu privilégié de rencontre et de dialogue entre les spécialistes des différentes sciences et ceux des autres domaines d'activité, en particulier, les spécialistes de l'Éducation. » (http://nicol.club.fr/ciret/index.htm).  Nicolescu a également fondé, entre autres, la collection Transdisciplinarité, Éditions du Rocher, Monaco, et il est directeur de la revue Transdisciplinarity in Science and Religion (Bucarest) (page web de l’article sur Nicolescu dans l’encyclopédie libre Wikipedia)

L’Institut Jean Nicod, un laboratoire interdisciplinaire à l’interface entre sciences humaines, sciences sociales et sciences cognitives, associé au CNRS (Centre National de Recherche Scientifique), et sous la tutelle de l’EHESS (École des Hautes Études en sciences sociales) et de l’ENS (École Nationale Supérieure) permet également aux chercheurs d’ouvrir les frontières de la connaissance. (www.institutnicod.org)

Notons aussi l’existence de l'Observatoire international des Réformes Universitaires (ORUS), créé en juillet 2002 « à partir d'un réseau d'universitaires européens et latinoaméricains qui ont élaboré une première proposition d'ensemble pour les réformes de l'Université au cours de l'année 2001. La démarche a permis d'identifier, dans différents pays, des innovateurs au sein de l'Université. Ces innovateurs ont deux caractéristiques : ce sont des chercheurs de sens, soucieux d'un nouveau contrat social entre l'Université et le reste de la société ; leurs innovations sont fondées en général sur des constats qui mettent en relief les nécessités de changement. (...) Les programmes d'ORUS permettront de maintenir une réflexion critique permanente sur les questions des réformes en anticipant sur les questions et les problèmes d'actualité, et en favorisant le caractère prometteur des recherches transdisciplinaires. » (www.orus-int.org)

Edgar Morin est reconnu par l’UNESCO comme « penseur planétaire » pour sa contribution à la connaissance et à l’éducation.  On parle aujourd’hui de l’œuvre morinienne, phénomène plutôt rare pour qualifier l’œuvre d’un penseur contemporain, toujours vivant de surcroît. Sa résonnance se fait entendre dans près de 42 pays, particulièrement en France et en Amérique latine (Encyclopédie libre Wikipédia, article sur Edgar Morin).  D’autres exemples de la contribution des travaux d’Edgar Morin au constructivisme se trouvent dans les articles sur la Pensée complexe et sur la Reliance.

 

Références

Nicolescu Basarab, Lima de Freita et Edgar Morin  « La transdisciplinarité – Manifeste. » Éditions du Rocher, Monaco, collection Transdisciplinarité.

MORIN, Edgar. La Connaissance de la Connaissance (t.3 de La Méthode), Paris : Seuil, 1986 et coll. « Points Essais », no236, 1992.

MORIN, Edgar. Éthique (t.6 de La Méthode). Paris : Seuil, 2004

Morin, Edgar. « De la réforme de l’université » CIRET, Bulletin no11, Juin 1997 et repris dans Editorial de l’InterLettre Chemin Faisant – MCS-APC no40, décembre 2007

Morin, Edgar. « La reliance disciplinaire. Un texte fondamental : articuler les savoirs »  Extraits de textes choisis par Pierre GONOD pour la prospective dans la brochure « Prospective et Complexité : modélisation systémique et modélisation d'anticipation » à l'occasion de la rencontre 1997 à Poitiers du programme Européen Modélisation de la Complexité.

Site de l’Institut Jean Nicod www.institutnicod.org

Site du Centre National de Recherches Scientifiques www.cnrs.fr

Site de l’Observatoire International des Réformes Universitaires ORUS www.orus-int.org

Site du Centre International de Recherches et Études Transdisciplinaires CIRET http://nicol.club.fr/ciret/index.htm

Site sur Pierre Frédéric Gonod www.pierre-gonod.eu/pfg.php

Site web de l’Association pour la pensée complexe www.mcxapc.org

Site de l’encyclopédie libre Wikipédia, articles sur l’Interdisciplinarité, la Transdisciplinarité, Basarab Nicolescu, Edgar Morin,

 

 

Comments (0)

You don't have permission to comment on this page.